Les scientifiques utilisent des virus pour produire de l’électricité

Les scientifiques du ministère américain de l’Énergie, dans le laboratoire national de Lawrence Berkeley, ont développé une méthode pour produire de l’énergie en utilisant des virus qui convertissent l’énergie mécanique en électricité. Les chercheurs ont testé les virus dans le laboratoire. Ils les ont utilisé pour construire des minuscules dispositifs qui recueillent l’énergie des forces mécaniques pour allumer un petit écran à cristaux liquides.

Le virus est appelé M13. Avant, les scientifiques ont essayé d’utiliser ce type de virus dans la bio-ingénierie pour fabriquer des batteries. Mais ils ne pouvaient réussir à cause des propriétés piézo-électriques du virus et de sa capacité de se reproduire rapidement. Toutefois, le générateur créée est le premier à produire de l’électricité en exploitant les propriétés piézoélectriques d’un matériel biologique. La piézoélectricité est l’accumulation d’une charge dans un solide en réponse à un stress mécanique. Pour construire le générateur, une électrode de la taille d’un timbre est revêtue par le virus qui peut être pressé avec un doigt et ensuite il convertit l’énergie en courant électrique utilisé pour alimenter un écran LCD.

Mais en pratique, le générateur ne peut produire environ qu’un quart de la tension d’une pile AAA. Jetez un œil à la démo ci-dessous.

Les chercheurs impliqués dans le projet espèrent que le concept peut être utilisé dans la construction d’appareils personnalisés qui peuvent récolter de l’électricité dans des tâches quotidiennes et pourquoi pas, devenir autonome. Seung-Wuk Lee, un chercheur du corps professoral dans le laboratoire de Berkeley en physique et Bio-sciences, et un professeur de Berkeley en génie biologique, ont déclaré:

Plus de recherche est nécessaire, mais notre travail est une première étape prometteuse vers le développement de générateurs personnalisés, son utilisation dans les nano-dispositifs et d’autres dispositifs sur la base de l’électronique virales.

Source : Nature Nanotechnology, Lawrence Berkeley National Laboratory

Loading spinner

À propos Kamleu Noumi Emeric

Je suis un ingénieur en télécommunications et je suis le créateur du site tech-connect.info. J'ai une grande passion pour l'art, les hautes technologies, les jeux, les vidéos et le design. Aimant partager mes connaissances, Je suis également blogueur pendant mon temps libre. Vous pouvez me suivre sur ma page sociale Facebook.

Consultez également

Batterie nucléaire: une autonomie de 50 ans sans recharge nécessaire

Batterie nucléaire: une autonomie de 50 ans sans recharge nécessaire

Une nouvelle innovation en matière de batteries a récemment été dévoilée par une start-up chinoise, …

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les plus votés
Commentaires Inline
Voir tous les commentaires
trackback
2 mois passée

[…] moléculaires” appelés enzymes Cas, qui permettent aux microbes de couper l’ADN des virus qui les attaquent. La technologie CRISPR utilise ces ciseaux pour supprimer des gènes de […]

1
0
J'adorerais savoir ce que vous en pensez, S'il vous plaît laisser un commentaire.x