Accueil » Technologies » Un micro-organisme génétiquement modifié convertit le CO2 atmosphérique en carburant
Un micro-organisme génétiquement modifié convertit le CO2 atmosphérique en carburant

Un micro-organisme génétiquement modifié convertit le CO2 atmosphérique en carburant

Pendant que de nombreuses recherches sont en cours sur des techniques de capture des émissions de CO2 à la source, les chercheurs de l’Université de Géorgie dans l’institut de recherche des systèmes bioénergétiques ont adopté une approche différente pour résoudre le problème. Prenant exemple sur le processus utilisé par les plantes pour convertir le CO2 en quelque chose d’utile, ils ont découvert un moyen de prendre le CO2 de l’atmosphère et de le transformer en produits industriels utiles y compris du carburant.

La méthode s’est inspirée de la photosynthèse par laquelle les plantes utilisent l’énergie solaire pour transformer l’eau et le dioxyde de carbone en sucres qu’elles utilisent ensuite comme source d’énergie. Les chercheurs ont créé un micro-organisme qui imite ce que font les plantes en manipulant le matériel génétique du Pyrococcus furiosus, qui est un micro-organisme qui se nourrit de glucides dans les eaux océaniques chaudes et à proximité de cheminées géothermiques.

L’équipe a modifié l’organisme de tel sorte qu’il soit capable de s’alimenter à des températures plus basses. Ils ont ensuite utilisé du gaz d’hydrogène pour créer une réaction chimique avec le CO2 contenu dans le micro-organisme; ce qui a produit de l’acide 3-hydroxypropionique. Cet acide est un produit chimique industriel qui peut être utilisé pour faire des acryliques et autres produits.

Cette découverte signifie que nous pouvons enlever les plantes comme intermédiaires; a déclaré Michael Adams, responsable du groupe de recherche. Nous pouvons prendre du dioxyde de carbone directement de l’atmosphère et le transformer en produits utiles sans avoir à passer par le processus inefficace de la culture de plantes et l’extraction des sucres issus de la biomasse.

En plus de la production de produits industriels, d’autres manipulations génétiques pourraient permettre à l’organisme de produire du carburant. Toutefois, cette conversion repose toujours sur des combustibles fossiles parce que les chercheurs utilisent l’hydrogène comme source d’énergie.

A plus long terme, nous espérons utiliser de l’hydrogène à partir d’une source renouvelable (combustibles non fossiles) biologique comme des algues photosynthétiques ou les déchets de produits fermentés; a déclaré Adams. Cependant, le carburant produit avec Pyrococcus furiosus est neutre en carbone, car il libère la même quantité de CO2 lors de sa combustion que celui utilisé pour le créer, ce qui le rend plus propre que l’essence, le pétrole et le charbon.

M. Adams affirme que l’équipe de recherche cherche maintenant à affiner le processus et le tester sur une plus grande échelle.

Les détails de cette étude, qui a été soutenue par le Département américain de l’énergie, ont été publiés le 25 Mars dans la version en ligne de la Proceedings of the National Academies of Sciences.

Source: University of Georgia

À propos Kamleu Noumi Emeric

Je suis un ingénieur en télécommunications et je suis le créateur du site tech-connect.info. J'ai une grande passion pour l'art, les hautes technologies, les jeux, les vidéos et le design. Aimant partager mes connaissances, Je suis également blogueur pendant mon temps libre. Vous pouvez me suivre sur ma page sociale Google+.

Consultez également

Siemens lance le premier tramway autonome au monde en Allemagne

Siemens lance le premier tramway autonome au monde en Allemagne

Il fallait bien s’y attendre, les moyens de transport migrent vers la conduite autonome. Les …