Accueil » Technologies » Le moteur automobile du futur serait à base de thorium
Le moteur automobile du futur serait à base de thorium

Le moteur automobile du futur serait à base de thorium

Un des principaux problèmes rencontré par l’industrie automobile aujourd’hui, c’est le besoin imminent de trouver des sources d’énergies durables. La réponse pourrait bien être le Thorium. Le thorium étant le matériau le plus dense au monde, 8 grammes de thorium seulement pourraient permettre à une voiture standard de rouler pendant au moins 100 ans.

En plus d’avoir une source d’énergie durable, nous devons aussi veiller à ce que cette source soit propre et ne nuit pas à l’environnement. Le Thorium répond parfaitement à cette problématique mais reste tout de moins dangereux pour l’homme si elle est inhalée car elle est radioactive. Laser Power Systems (LPS) est une société basée dans le Connecticut qui a travaillé sur l’élaboration d’une technique d’utilisation du thorium dans l’automobile.

Ainsi, LPS a mis au point un certain nombre de prototypes moteurs consommant du thorium comme combustible. Les modèles actuels qui ont atteint cet objectif pèsent près de 500 kg et ont la même taille que celui d’un moteur d’une voiture standard.
Le moteur automobile du futur serait à base de thorium

Le thorium étant incroyablement dense, seule une très petite quantité de matière est nécessaire pour générer d’énormes quantités d’énergie. Selon le PDG de LPS, Charles Stevens, un gramme de thorium est capable de fournir autant d’énergie que celle fournie par 7396 gallons d’essence.

Le thorium est également une alternative parfaite à l’uranium. Le matériau lui-même est beaucoup plus sûr que l’uranium, beaucoup moins réactif et est capable de produire une énergie propre sans avoir des effets néfastes sur l’environnement. Avec de telles caractéristiques, il n’est pas étonnant que beaucoup considèrent le thorium comme l’avenir de carburant automobile, et du nucléaire.

Mais dans la pratique, est-ce vraiment sûre d’utiliser le thorium quand on sait qu’elle est radioactive et peut produire d’énormes quantité de chaleur dommageables pour la voiture comme pour les passagers? On ne peut qu’attendre la démonstration et les résultats des recherches de la société.

Ce n’est pas la première fois qu’on cherche à développer des voitures à thorium; Le gouvernement américain faisait déjà des recherches sur l’utilisation du thorium comme carburant depuis longtemps déjà. Mais le projet a été abandonné en raison de considérations politiques et militaires. En effet, ils ne voulaient pas que des voitures à thorium puissent être utilisées par certains États pour développer de l’armement nucléaire. Mais bizarrement d’après les scientifiques, le thorium ne produit pas de matériaux appropriés pour la fabrication d’armes.

Une autre approche nous a été présentée par un de nos lecteurs, John Randall, qui est plus réaliste et qui consistait à continuer à utiliser les voitures électriques mais en utilisant le thorium comme source de production d’énergie qui alimentera ces voitures. Là on ne parlera plus de voiture du future à base de thorium mais plutôt de source d’énergie du futur à base de thorium.

Pour produire de l’énergie avec du thorium, on utilise le LFTR (réacteur à fluorure de thorium liquide). Le LFTR est économiquement réaliste, durable et répond au problème du CO2 dans les prochaines décennies.

L’énergie nucléaire ne produit pas de CO2, mais ses deux principaux inconvénients sont les catastrophes nucléaires comme celui de Fukushima et le problème du stockage des déchets nucléaires. Retirez les questions relatives aux déchets et à la sécurité de l’énergie nucléaire et vous avez la source d’énergie parfaite, respectueuse de l’environnement.

Le thorium et le LFTR peuvent être la source d’énergie parfaite respectueuse de l’environnement que nous recherchons. Depuis les incidents de Fukushima, même la France a accélérer les investissements dans la recherche des réacteurs nucléaires à thorium. Le LFTR est une combinaison de technologies approuvées par le gouvernement américain depuis les années 1950 et 1960. En utilisant du LFTR, le RSF (réacteur à sels fondus) a été construit à Oak Ridge National Laboratory à Oak Ridge en Tennessee. Ce prototype de réacteur fonctionne parfaitement depuis au moins 4 ans et a prouvé les objectifs de base d’un réacteur LFTR. Cependant qu’est-ce qu’il le rend mieux que le nucléaire?

Déchets Nucléaires

Un réacteur traditionnel à eau utilise du combustible solide (uranium) alors que le réacteur LFTR utilise du combustible liquide. Les réacteurs d’aujourd’hui utilisent l’uranium qui est difficile à trouver et qui doit être enrichi pour être utilisé dans un réacteur. Pendant le processus de fission, de la chaleur est produite qui est utilisée en même temps avec la pression de l’eau pour produire de la vapeur. Cette vapeur entraîne ensuite les turbines qui vont produire de l’électricité. Pendant le processus de fission, les transuraniens sont fabriqués. C’est un sous-produit du processus de fission qui contamine l’uranium et arrête le processus de fission.

Les réacteurs nucléaires consomment moins d’1% de leur combustible et le reste est contaminé par des transuraniens les rendant inutilisables. Le LFTR est exactement le contraire de réacteurs nucléaires à eau car ils consomment environ 99% de leur combustible. Cela est possible par le fait que son combustible est liquide et les transuraniens peuvent être retirés chimiquement pendant le processus de fonctionnement et réutilisés. En effet, les matériaux transuraniens tels que le xénon sont des matériaux précieux utilisés dans l’industrie. Comparé au réacteur normal, le LFTR ne produit qu’1% de déchets qui restent radioactifs seulement pendant 300 ans. Alors que ceux du réacteur traditionnel reste radioactif pendant 10.000 ans. De plus les déchets du LFTR peuvent être utilisés comme source d’alimentation des sondes spatiales.

Sécurité nucléaire

Étant donné que le noyau du LFTR est fait de sel fondu et de thorium, il ne peut pas fondre. Le noyau est déjà fondu. Ainsi à cause de sa conception physique, le LFTR ne nécessite pas d’intervention humaine ou de système pour stopper la réaction. La conception et la réaction du LFTR sont plus sûre que celles d’un réacteur traditionnel.

Le LFTR ne pas besoin d’eau comme système de refroidissement. Il utilise le sel fondu comme liquide de refroidissement. Ce qui veut dire que le LFTR peut être placé dans des zones où il n’y a aucune source d’eau. Donc aucune pollution ni aucune possibilité de formation d’un nuage radioactif si jamais on a un problème avec le réacteur. Comme les réacteurs LFTR n’utilise pas d’eau et peuvent fonctionner à des pressions atmosphériques élevées, ils peuvent être beaucoup plus petits pour être placés plus près des consommateurs.

Bref tout cela est bien prometteur écologiquement parlant. La solution proposée par notre lecteur semble plus intéressante car on a plus besoin de créer de nouveaux types de véhicules, les voitures électriques existantes seront compatibles.

Merci John!

Source: industrytap, energyfromthorium

À propos Kamleu Noumi Emeric

Je suis un ingénieur en télécommunications et je suis le créateur du site tech-connect.info. J'ai une grande passion pour l'art, les hautes technologies, les jeux, les vidéos et le design. Aimant partager mes connaissances, Je suis également blogueur pendant mon temps libre. Vous pouvez me suivre sur ma page sociale Google+.

Consultez également

Siemens lance le premier tramway autonome au monde en Allemagne

Siemens lance le premier tramway autonome au monde en Allemagne

Il fallait bien s’y attendre, les moyens de transport migrent vers la conduite autonome. Les …